dimanche 8 mars 2015

☼Le grand changement☼ (suite...)

Chanty repartit en direction de la tour des Gryffondor. Arrivée devant la grosse dame, elle se hâta de dire le mot de passe et entra en la remerciant assez peu poliment, ce qui offusqua la grosse dame, qui voulait démontrer, pour une Xie fois, ses talents de cantatrice. Une fois dans la salle commune, elle s'élança dans le dortoir des filles, saluant rapidement les autres Gryffondor, évitant le regard de Kritos et Miadalla, elle disparut en quelques secondes à peine.
Assise sur son lit, elle ferma les lourds rideaux rouges et sortit plume et feuilles de parchemin. Il lui fallait avoir quelques conseils et la première personne qui lui vint à l'esprit, fut Déforaugue!

*Cher ami
Voilà un moment que je n'ai eu de tes nouvelles. Comment vas-tu? Écoute, j'ai quelque chose à te parler et j'ai besoin de tes conseils. Dernièrement, j'ai su qu'il serait possible pour moi de faire repousser mon bras, mais que c'était une opération très délicate. Défo, Je veux cette opération! J'ai besoin de ton aide. Connais-tu le docteur Christopher? Apparemment, c'est un médecin à Ste-Mangouste!
J'attends de tes nouvelles.
Bisou Chanty*

Court net et précis. La rouquine n'était pas connue pour ses longs discours. Elle roula le parchemin et l'attacha. Une fois fait, se sentant coupable de ne pas y avoir pensé avant, elle prit une autre feuille et recommença à écrire.

*Bonjour Hugo;
comment vas-tu? Comment se passent tes journées de futur auror du ministère? Pour ma part, tout se passe bien, mais j'ai hâte de finir l'école. C'est de plus en plus difficile d'y rester. Je me demande même si faire mes études moldu avant était une bonne idée. J'ai 16 ans et ne suis qu'en quatrième année et de plus en plus, des écarts de caractères me séparent de mes compagnons de classe. Heureusement qu'il y a Tari, mon petit demi-elfe m'est très précieux. Je me rapproche un peu aussi de Miadalla et même si nous ne sommes pas dans la même classe et qu'elle passe déjà beaucoup de temps à Ste-Mangouste pour apprendre à devenir infirmière, on arrive à se voir de temps à autre. Ça fait du bien un peu d'être avec des gens de mon âge. L'école commence devenir pénible, Dumbledore est parti on ne sait où et McGonagall qui est responsable de l'école…*

Tout à coup, elle cessa d'écrire et déchira le parchemin avec un soupir. Pourquoi lui parler de chose aussi banale que ses jours à Poudlard, lui qui devait avoir une vie passionnante au ministère! Plus le temps passait, et plus elle se sentait coincée ici. Tout allait trop lentement, elle était impatiente d'en finir avec l'école pour aller rejoindre Hugo au ministère. Elle ne se sentait plus à sa place ici.
Reprenant une autre feuille de parchemin, elle recommença à écrire.

*Bonjour Hugo
Comment vas-tu? Comment ce passe tes journées de futur auror du ministère? Pour ma part, tout se passe bien, mais j'ai hâte de finir l'école. C'est de plus en plus difficile d'y rester. J'ai envie de te voir, tu crois qu'on peut se trouver un créno dans les jours qui vient?
Baiser Chanty*

Voilà! Ce fut tout! Elle roula le parchemin et l'attacha. Elle se leva avec ses deux rouleaux et se dirigea vers la fenêtre, qu'elle ouvrit. Elle siffla une petite musique et Inis arriva gaiement. Elle siffla une autre petite musique et un autre petit perroquet arriva juste derrière Inis. Flow! Chanty avait acheté une femelle pour tenir compagnie à Inis et ils semblaient inséparables ces deux-là! Elle leur confia à chacun, un parchemin en leur donnant leurs destinataires respectifs et les regarda s'envoler côte à côte avec un sourire. Elle referma la fenêtre et vint prendre place dans son lit et ferma les yeux. Demain était un autre jour, et peut-être aura-t-elle des réponses à ses questions, mais pour le moment, elle rêvait déjà à ses deux bras de la même taille et c'est avec un sourire qu'elle s'endormit, pour se faire réveiller quelques heures à peine plus tard, par un origami, qui lui sautait sur la tête…
Chanty déplia l'origami et lu rapidement.  

*Viens me rejoindre aux berges du lac!*


C'était tout! Avec un sourire, mais tout de même un peu soucieuse, elle se releva du lit, tira les rideaux silencieusement et sortit du dortoir des filles. Une fois dans la salle commune, elle vérifia que personne ne la vie et quitta le château sans rencontrer personne. Il faisait nuit, mais la lune était clair, et heureusement non pleine. Elle pu donc ainsi rejoindre les berges du lac sans se perdre. Au dernier détour, elle le vit et son cœur fit un petit bon dans sa poitrine. Souflant un bon coup, elle approcha, un sourire aux lèvres.

*Défo!* Il était assis face au lac et il se retourna au son de sa voix.
*Bonsoir Chanty, viens t'asseoir!* Il tapota la place à côté de lui et la rouquine vint prendre place, entourant ses genoux pliés dans ses bras.
*Que me vaut l'honneur de ta missive?* Dit-elle, quoiqu'elle ait bien un doute sur cet origami.
*J'avais besoin de te parler, tu dois bien savoir pourquoi!* Son regard était pointé en direction du lac et il avait parlé d'une voix grave. Avec un soupir, résignée à se faire passer un savon, la rouquine s'assied à côté, évitant de le toucher. Comme à son habitude, il lui ébouriffa les cheveux, comme si elle était toujours une gamine!
*Arrête, je ne suis plus une enfant*
Un sourire taquin plus tard, il avait repris son visage neutre.
*Chanty, j'ai eu ton message et je n'aime pas vraiment cette idée. Ou as-tu pris cette idée saugrenue?*
Quoi! Avait-il des informations ou pas? Ce projet n'était pas saugrenu. Il était devenu viscéral de vouloir cette opération. Il la lui fallait.
*Défo, je t'en prie, je ne veux plus être comme ça, je ne veux plus être différente à ce point des autres, d'être la risée des Serpentard, j'en ai marre tu comprends?*
*Lèves-toi!* L'ordre avait claqué doucement mais fermement, aussi, la jeune femme se leva sans rechigner. Qu'avait-il en tête le grand roux? D'un simple signe de la main, il l'invita à venir s'installer à côté de lui et commença quelques exercices du kata. Ah! Chanty adorait quand ils faisaient cela tous les deux. C'était relaxant et apaisant, mais également exigeant. Malgré la grandeur du demi-gobelin et la petitesse de la rouquine, leurs mouvements s'accordaient parfaitement. Les gestes étaient lents et précit pour l'ancien Gryffondor et ceux de la jeune femme, parfois corrigés par son maître.
*Si quelqu'un peut réussir cela, Christopher est bien l'homme qu'il te faut.*
Aussitôt dit, Chanty comprit qu'il connaissait le docteur. Elle lui sauta au cou, interrompant soudainement leurs katas. Avec un rire silencieux et doux, Déforaugue entoura son amie de ses bras et la déposa au sol.
*Je vais t'avoir un rendez-vous avec lui ok?*
*Tu es génial Défo…merci!* Il l'embrassa sur le front, avant de lui demander avec un air grave.

*Hugo est au courant?*…

mercredi 25 février 2015

Nouvelles!

Bonjour! Comme vous avez pu le constater, je suis encore une vraie tortue pour la suite des aventures de ma Chanty. Mon IRL est très occupé, cumulant deux travail et un retour aux études, je galère à trouver du temps pour mon blog et mes petites histoires, mais je ne l'abandonne pas pour autant, oh! que non! Donc, avec beaucoup de retard, je posterai sous peu la suite. J'espère ne pas avoir trop perdue de fans de ma Chanty, et j'espère que mes petites histoires vous plaisent.

Je vous câlines tous bien fort et à bientôt!

vendredi 30 janvier 2015

Mythes & Legendes



J'en parle souvent, sur facebook skype, je partage, mais voilà! Je voulais encourager et appuyer la campagne de financement du projet Mythes et Légendes de mon amie Marina, surnommé Miss-M.
Qu'est-ce que M&L? Vous ne connaissez pas? Bah! Dis-donc, il vous manque quelque chose dans votre vie. Il est encore temps d'y remédier, et ce, en passant sur Ulule, un site d'auto-financement, et de faire votre pré commande.  La campagne est pour le tome 4 de M&L, mais, si vous allez jeter un petit coup d'œil, vous verrez qu'il vous est aussi possible, de vous procurer les tomes précédents. Bien sur, Miss-M étant ce qu'elle est, il y a bien des petits cadeaux avec cela, des contres partis, et même un spin off précédemment financé avec Ulule.
Un superbe projet, une superbe BD lu de la façon des asiatiques, des cadeaux comme si c'était encore Noël! Alors, qu'attendez-vous encore pour aller voir? Quoi? Pas le temps? Tu ne trouve pas Ulule sur google? Qu'à cela ne tienne! Je te mes le lien, comme ça, plus d'excuses. N'hésite pas à partager un peu partout, si toi tu n'aimes pas, peut-être que de tes amis eux aimeront et ne pas au moins leur donner la chance de découvrir M&L serait bien triste. Alors, à vos souris les amis, allez vous évader quelques minutes avec M&L!

http://fr.ulule.com/mytheslegende/

mardi 16 décembre 2014

L'amazone: ☼Le grand changement☼ (suite...)



Chanty repartit en direction de la tour des Gryffondor. Arrivée devant la grosse dame, elle se hâta de dire le mot de passe et entra en la remerciant assez peu poliment, ce qui offusqua la grosse dame, qui voulait démontrer, pour une Xie fois, ses talents de cantatrice. Une fois dans la salle commune, elle s'élança dans le dortoir des filles, saluant rapidement les autres Gryffondor, évitant le regard de Kritos et Miadalla, elle disparut en quelques secondes à peine.
Assise sur son lit, elle ferma les lourds rideaux rouges et sortit plume et feuilles de parchemin. Il lui fallait avoir quelques conseils et la première personne qui lui vint à l'esprit, fut Déforaugue!

*Cher ami

Voilà un moment que je n'ai eu de tes nouvelles. Comment vas-tu? Écoute, j'ai quelque chose à te parler et j'ai besoin de tes conseils. Dernièrement, j'ai su qu'il serait possible pour moi de faire repousser mon bras, mais que c'était une opération très délicate. Défo, Je veux cette opération! J'ai besoin de ton aide. Connais-tu le docteur Christopher? Apparemment, c'est un médecin à Ste-Mangouste!

J'attends de tes nouvelles.

Bisou Chanty*

Court net et préci. La rouquine n'était pas connue pour ses longs discours. Elle roula le parchemin et l'attacha. Une fois fait, se sentant coupable de ne pas y avoir pensé avant, elle prit une autre feuille et recommença à écrire.

*Bonjour Hugo;

Comment vas-tu? Comment ce passe tes journées de futur auror du ministère? Pour ma part, tout son passe bien, mais j'ai hâte de finir l'école. C'est de plus en plus difficile d'y rester. Je me demande même si faire mes études moldu avant était une bonne idée. J'ai 16 ans et ne suis qu'en quatrième année et de plus en plus, des écarts de caractères me séparent de mes compagnons de classe. Heureusement qu'il y a Tari, mon petit demi-elfe m'est très précieux. Je me rapproche un peu aussi de Miadalla et même si nous ne sommes pas dans la même classe et qu'elle passe déjà beaucoup de temps à Ste-Mangouste pour apprendre à devenir infirmière, on arrive à se voir de temps à autre. Ça fait du bien un peu d'être avec des gens de mon âge. L'école commence devenir pénible, Dumbledore est parti on ne sait où et McGonagall qui est responsable de l'école…*

Tout à coup, elle cessa d'écrire et déchira le parchemin avec un soupir. Pourquoi lui parler de chose aussi banale que ses jours à Poudlard, lui qui devait avoir une vie passionnante au ministère! Plus le temps passait, et plus elle se sentait coincée ici. Tout allait trop lentement, elle était impatiente d'en finir avec l'école pour aller rejoindre Hugo au ministère. Elle ne se sentait plus à sa place ici.
Reprenant une autre feuille de parchemin, elle recommença à écrire.

*Bonjour Hugo

Comment vas-tu? Comment ce passe tes journées de futur auror du ministère? Pour ma part, tout se passe bien, mais j'ai hâte de finir l'école. C'est de plus en plus difficile d'y rester. J'ai envie de te voir, tu crois qu'on peut se trouver un créno dans les jours qui vient?

Baiser Chanty*


Voilà! Ce fut tout! Elle roula le parchemin et l'attacha. Elle se leva avec ses deux rouleaux et se dirigea vers la fenêtre, qu'elle ouvrit. Elle siffla une petite musique et Inis arriva gaiment. Elle siffla une autre petite musique et un autre petit perroquet arriva juste derrière Inis. Flow! Chanty avait acheté une femelle pour tenir compagnie à Inis et ils semblaient inséparables ces deux-là! Elle leur confia à chacun, un parchemin en leur donnant leurs destinataires respectifs et les regarda s'envoler côte à côte avec un sourire. Elle referma la fenêtre et vint prendre place dans son lit et ferma les yeux. Demain était un autre jour, et peut-être aura-t-elle des réponses à ses questions, mais pour le moment, elle rêvait déjà à ses deux bras de la même taille et c'est avec un sourire qu'elle s'endormit, pour se faire réveiller quelques heures à peine plus tard, par un origami, qui lui sautait sur la tête…

jeudi 20 novembre 2014

L'amazone: ☼Le grand changement☼ (suite)

L'amazone: ☼Le grand changement☼ (suite): «Merci madame!»» Chanty passa devant la femme et entra dans ses appartements privés. Pomfresh l'invita à prendre un siège d&#39...

☼Le grand changement☼ (suite)



«Merci madame!»»

Chanty passa devant la femme et entra dans ses appartements privés. Pomfresh l'invita à prendre un siège d'un signe de main.

«Tu veux quelque chose à boire? Un jus de citrouille?»
«Merci, oui je veux bien!»

La rouquine attendit, les mains croisées sur ses genoux, anxieuse. Pomfresh revint quelques minutes après, lui tendit un gobelet qu'elle prit à deux mains et en but une gorgée avant de se lancer.

«Madame…tout à l'heure, vous avez glissé que les os pouvaient repousser…c'est vrai?»

Son regard était si plein d'espoir, que la femme infirmière finit par rapprocher sa chaise devant la rouquine, avant d'y prendre place. Elle demeura silencieuse quelques secondes, puis prit une grande inspiration.

«Effectivement Chanty, faire repousser un os est possible, mais je ne sais pas si dans ton cas, le traitement peut être efficace. Faire repousser un os disparut est possible mais compliqué, mais, le faire pour un os qui n'a jamais existé…Je ne sais pas si c'est faisable, et si oui, il faut s'attendre à une douleur atroce qui pourrait rendre fou n'importe lequel sorcier le plus endurci. Je ne pense pas que j'accepterais de prendre un tel risque avec toi Chanty, je suis désolée!»

Elle avait l'air sincère, mais la Gryffondor ne voulait pas demeurer sur ce refus, elle ne le pouvait simplement pas. «Mais, je suis forte madame, si ce moyen existe, je veux tenter le coup, je ne peux plus vivre comme ça, j'en ai assez d'être comme cela, essayez de me comprendre!»

Bien que l'infirmière comprenne les arguments de l'élève, elle n'était pas chaude à lui dévoiler une quelconque solution à son problème. Mais la jeune femme n'avait pas dit son dernier mot.

«Madame Pomfresh, j'ai 16 ans maintenant et je crois être en droit de choisir moi-même les chemins de ma vie!»
«C'est dangereux Chanty, je m'en voudrais terriblement si je ne réussissais pas à combler tes espoirs! Comprends-moi, je ne suis qu'une infirmière!»
«S'il vous plait Madame…»

Pomfresh réajusta son peignoir et se leva avec le visage fermé. Chanty sentit que c'était perdu pour elle. Elle se leva à son tour, déposa son verre encore plein. Elle avait eu un espoir, un mince espoir de pouvoir être comme les autres, de voir un regard normal de la part des autres élèves. Lorsqu'elle se regardait dans le miroir, elle ne se voyait pas comme une jeune femme normale. Certes, elle avait perdu du poids sans trop qu'elle ne s'en rende compte, elle était très jolie, sans toutefois qu'elle n'en soit vaniteuse ou ne s'en préoccupe seulement, mais, la glace lui renvoyait toujours le reflet de cette jeune femme handicapée, et tout ce qui lui revenait en tête, était les paroles de Thibalt, son regard dédaigneux lors de leur affrontement voilà maintenant longtemps.
Certes, elle était passée par-dessus cette tristesse, mais, cette image, laide d'elle-même, avait persisté au-delà de toute raison.  
Elle ne comprenait pas ce qu'Hugo lui trouvait, quand elle se voyait dans la glace.

Revenant au présent, le visage triste, elle comprit qu'elle n'obtiendrait pas d'aide de Pomfresh. Celle-ci était debout, bien droite, et la regardait avec un air triste mais obstiné, signe qu'elle restait sur son refus. La frustration monta en flèche dans le cœur de la rouquine.

«Ce n'est pas vous qui avez à vivre avec cela madame. Malgré le respect que je vous dois, vous me voyez très déçu de votre décision. Je vous souhaite une bonne nuit madame!»

Elle se retourna vers la porte et s'y dirigea, la mort dans l'âme. Prenant la poignée de porte, elle la tourna et ouvrit celle-ci tristement. Franchissant le seuil…

«Chistopher…à Ste-Mangouste…Allez voir le Docteur Christopher…!»

Le cœur de la jeune femme fit un bon dans sa poitrine. Sans se retourner, elle murmura un merci et referma la porte derrière elle.

samedi 8 novembre 2014

☼Le grand changement☼



Quelques semaines à peine s'étaient écoulées depuis l'obtention du permis de vol sur balai de Chanty. Depuis, ses parents lui avaient offert un bel éclair de feu tout neuf pour son plus grand plaisir. Malheureusement, elle avait été recalée aux essais pour intégrer l'équipe de Quidditch des Gryffondor. Elle n'en avait pas parlé, mais dans sa tête, il était clair, que la raison en était son bras plus court. Pourtant, elle était bonne, mais il était vrai, qu'une fois en pleine action, cela pourrait finir par gêner certaines actions.
Elle était déçue, mais qu'y pouvait-elle après tout! Elle devra mettre une croix sur la Quidditch et ce handicap était de plus en plus lourd à porter.

Un soir, après les cours, elle dut aller à l'infirmerie pour voir Tari, qui s'était blessée lors de l'entraînement. Entrant dans la pièce, elle se dirigea vers le lit de son amie et s'assied à son chevet.
«Salut Tari, comment vas-tu?»
«Ma jambe me fait un mal de chien, quelle idée de se prendre un cognard aussi! Bibine était très inquiète quand elle m'a vue tomber de mon balai. Quelle poisse Chanty, tu aurais été bien meilleure que moi j'en suis sur.»
L'infirmière Pomfresh arriva sur cette entrefaite. Poppy Pomfresh regardait le demi-elfe avec un air sévère.
«Jeune fille, vous êtes chanceuse que ce ne soit que cassé, réparer un os est beaucoup plus facile que de le faire pousser vous savez!»
Chanty tourna la tête vers la femme, tellement vite, que sa lourde chevelure rousse vola autour de son corps, comme une vague déferlante.
«Vous dites que l'on peut faire repousser un os Madame Pomfresh?»
L'infirmière s'activait autour de la jambe de son amie, et ne répondait pas. Pour l'instant, seule comptait Tari, qui souffrait sous les soins de Madame Pomfresh.

Selon la femme, il était possible de faire repousser un os! Ça alors! Jamais elle n'aurait imaginé la chose possible!
Un gémissement ramena la rouquine au moment présent. Elle lui prit la main en entendant un craquement d'os, qui fit crier la jeune fille.
«Courage Tari…»
«J'ai presque terminé mademoiselle, un dernier sort ressoudos, et vous serez comme neuve!»
«Tu vois, c'est presque terminé et tu seras comme neuve!»
Un dernier craquement plus tard, Tari était tirée d'affaire. Madame Pomfresh lui intima l'ordre de se reposer.
«Et vous mademoiselle Bopassant, rentrez dans votre salle commune ou faites autres chose, mais laissez cette jeune femme se reposer, demain elle pourra partir c'est promis!» «D'accord Madame Pomfresh, je reste le temps de dire au revoir et je sors»
L'infirmière acquiesça et laissa les deux amies encore quelques minutes.
«Chanty…tu l'as entendue? Faire repousser des os…c'est possible, tu penses à la même chose que moi?»

Bien sur qu'elle pensait la même chose que croyait-elle! Chanty rêvait d'une telle possibilité depuis toujours. À New York, dans le monde sans magie, il n'y avait aucune solution, mais, ici, peut-être que la chose était possible, et selon les propos de Pomfresh, elle avait un mince espoir. Parce que oui, faire repousser un os, c'était possible, mais dans son cas à elle, ou l'os était tout simplement plus petit, plus court… l'opération était-elle envisageable? Elle ne le savait pas, mais elle irait aux sources. Et pas plus tard que maintenant! Chanty se sentait tout à coup fébrile, comme si sa dernière heure se profilait à l'horizon. Elle se leva, serra son amie en lui souhaitant une bonne nuit, et sortit de l'infirmerie.

Une fois dans les couloirs du château, elle se dirigea vers les appartements de Pomfresh. Une fois devant la porte, elle toqua sur le bois et se redressa, comme si elle allait devoir combattre. Se passant une main nerveuse dans cheveux roux, elle attendit qu'elle s'ouvre. L'attente était interminable, quand enfin, la poignée grinça et Pomfresh ouvrit la porte. Il était étrange de la voir sans son habit d'infirmière, et sur le coup, la rouquine ne la reconnue pas.
«Ah! Mademoiselle Bopassant…je m'attendais à vous voir, entrez je vous prie!»